HISTOIRE DE L’ART A LA RENAISSANCE – ARCHITECTURE ET PEINTURE

De la chute de Constantinople en 1453, qui marque la fin de l’Empire d’Orient à la Révolution française qui bouleverse toute l’Europe, durant trois siècles et demi, l’espace européen se contracte et se dilate à la fois. À l’Est, l’Europe chrétienne se rétrécit devant l’avance des Ottomans, mais les liens maritimes directs établis avec les Indes et la Chine ainsi que la découverte du Nouveau Monde ouvrent de nouveaux espaces vers l’Ouest. Tandis que le vieux Empire Romain Germanique se vide de sa substance, le Portugal et l’Espagne au XVIe siècle, la France, la Hollande et l’Angleterre au XVIIe se disputent la domination des mers.

L’avènement des Temps modernes se définit aussi par une nouvelle image du temps, tendu vers l’avenir à travers les grandes découvertes et le progrès des sciences, mais tendu aussi vers le passé par l’aspiration à faire renaître la grandeur antique, ce double mouvement définissant un entre-deux négatif, le Moyen-Âge. Pour les arts, la Renaissance n’est pas une époque mais un mouvement qui coexiste tout au long du XVe siècle et une partie du XVIe siècle avant de s’imposer à l’Europe entière. Au début du XVIIe siècle, il est acquis que la culture artistique, comme la culture en général, ne peut se fonder que sur la culture de l’antique.

Mais la question déjà posée au XVIe siècle – les modernes doivent imiter ou dépasser les anciens – ne cesse d’être relancée.

«
»