Les jardins suspendus

Les Jardins et l'École

Enseigner l’écologie au sein d’une école d’art peut sembler incongru ou déplacé. Cependant cela prend tout son sens si on envisage l’art dans sa relation au réel et dans sa capacité à transformer, tant à l’échelle individuelle que collective, les représentations liées à la nature. Face à l’urgence écologique, enseigner l’écologie au même titre qu’enseigner l’art nous est apparu comme une évidence, cela d’autant plus que de nombreux artistes, au moins depuis Joseph Beuys jusqu’à Pierre Huyghe, en ont fait le cœur de leur art.

Nous avons ainsi créé en 2018 un programme inédit et innovant ancré sur un site végétal et patrimonial remarquable qui jouxte le bâtiment de l’école, une ancienne caserne. L’école est en effet adossée à un ouvrage à corne, fortification de l’architecture militaire de Vauban qui préserve dans ses hauteurs 1200m2 de végétation : un jardin suspendu en cœur de ville, érigé et transformé pendant des siècles à des fins militaires.

Les Jardins suspendus de l’École d’art de Belfort se structurent en fonction de ce contexte spatial ; ils prennent la forme d’ateliers hebdomadaires et d’un cycle d’événements artistiques et culturels conçus pour trois classes de niveaux différents. Le programme est basé sur un ensemble d’ateliers visant à faire émerger une philosophie du vivant à partir de la pratique d’un jardin écologique.

Programme d'écologie appliquée dans l’enseignement artistique

L’objectif principal consiste dans la recherche de l’autonomie, celle-ci passant par l’acquisition d’outils techniques tels que ceux liés au jardinage, et d’outils conceptuels croisant la botanique et la philosophie.

1) Les temps théoriques se structurent autour des questions et des savoirs que pose la philosophie dans ses relations à la botanique. Ces questions sont de trois ordres :

- d’une part la question des plantes en elles-mêmes et leur manière d’être au monde,
- d’autre part, la question des espaces végétaux et de leur gestion : la forêt, le jardin et l’agriculture,

- enfin les savoirs issus de conceptions qui tissent une relation entre les hommes et la nature à partir du végétal.

2) Les temps de pratique s’articulent autour du vivant en général. Nous faisons ensemble du bouturage, de la plantation d’arbustes et d’arbres, des semis de légumes et de fleurs, nous fabriquons de la lessive à partir de feuilles de lierre, des baumes naturels pour le corps, nous nous initions à l’art de la lactofermentation, au compostage, au paillage, nous réalisons des tuteurs ainsi que des engrais écologiques ...

Au cœur de la Ville de Belfort et en réseau avec le territoire, l’Ecole d’art est un lieu charnière. Au-delà de son rôle de sensibilisation artistique et d’accès aux pratiques qui y sont liées, elle a la volonté d’interagir avec différents domaines d’activités, et auprès de nombreux publics: étudiants, élèves adultes et enfants, enseignants et artistes.